Morte saison , triste raison…

Je soigne mon mal de tête à l’aspirine, et mon désespoir à la cocaïne…J’ai soif d’éternité, bordel elle est bonne ! Hier encore je disposais une ligne sur son corps noir : contraste des couleurs, satisfaction de l’humeur. J’ai lu Ibsen, c’est  bien ! La véranda est transpercée d’une couleur pourpre, je suis assis devant le jardin avec un livre à la main, quelques mots et je médite des heures. Morte saison, triste raison. Je ne sais parler de rien, je ne pense à rien, vagues de Virginia Woolf, traité du désespoir de Kierkegaard. Parfois une idée, les sens à vifs, j’écris : Socrate est-il mort, et avec lui sa conception du philosophe contemplant les idées ? Le monde maintenant à plat est dans l’attente, le cosmos , nous est tombé sur la tête : Je suis si seul dans tes bras !

Publié dans : Textes courts... |le 27 décembre, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Mektoub |
A l'encre de nos plumes |
Ailant vers Fred |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rougepolar
| Kenningar
| Manouch11poesies